ActualitésSanté

Lutter ensemble pour la fin du Sida en 2030

Terre de mobilisation pour les droits humains et pour la solidarité, Grenoble a accueilli, du 29 septembre au 3 octobre 2021, le 22e congrès de la Société Française de Lutte contre le Sida. Une édition qui a réuni 650 acteurs de la lutte contre le sida et qui ont remis au ministre de la Santé « L’appel de Grenoble » pour viser la fin de l’épidémie en 2030. L’occasion de revenir sur les actions engagées par la Ville de Grenoble et les projets de politiques de lutte contre le VIH.

Lutter contre les inégalités et les discriminations pour lutter contre le Sida

Le Sida charrie son lot de discriminations et de stigmatisations. Depuis sa découverte dans les années 80, le sida a longtemps été considéré comme une maladie qui ne touchait que les homosexuels, les toxicomanes ou les étrangers. Le chemin reste long pour reconnaitre cette maladie comme pouvant toucher tout le monde et pouvant être accompagnée. Des stéréotypes et des méconnaissances freinent encore l’identification et donc la prise en charge de la maladie. Lutter contre les discriminations qu’elles soient racistes, sexistes ou homophobes est donc aussi une question de santé publique. Aujourd’hui, il est nécessaire de multiplier encore les campagnes de communication, d’information, et une implication politique et médiatique sur le sujet, notamment auprès de ces personnes les plus éloignées des messages de prévention.  C’était le sujet central du 22e congrès de la Société Française de Lutte contre le Sida : les inégalités sociales augmentant la vulnérabilité face au Sida, il faut considérer les facteurs sociaux pour mieux prévenir la maladie. Depuis plusieurs années, Grenoble a développé des politiques de santé pour aller vers les personnes les plus éloignées des soins et ainsi sensibiliser le plus grand nombre à cette épidémie.

La Ville de Grenoble engagée dans la lutte contre le Sida

La Ville de Grenoble est labellisée « Ville engagée contre le SIDA » depuis le 1er décembre 2017. Ce label a été décerné par l’association Élus Locaux Contre le Sida. La Ville est également représentée au sein du Comité régional de coordination de la lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH de l’Arc Alpin. Le but de ces partenariats est de créer des synergies pour soutenir les associations qui luttent pour atteindre l’objectif d’éradiquer le Sida des Alpes d’ici  2030. L’engagement de Grenoble contre le Sida, c’est aussi 4 000 préservatifs (masculins et féminins) qui ont été distribués gratuitement chaque année par la Ville et le SMTC depuis 2015.  C’est aussi faire connaitre et apporter de la visibilité aux associations : sur le marché de Noël ou encore avec une fresque de streetart contre la sérophobie sur le mur de la piscine Jean Bron.

 

2030 vers des Alpes (et un monde) sans Sida

La pandémie de Covid aura causé une baisse de 30% des dépistages VIH en 2020. Pour tenir l’objectif ambitieux mais réaliste d’Alpes sans Sida en 2030, nous devons collectivement redoubler d’efforts. Après les travaux collaboratifs du Livre blanc de l’égalité des genres et des sexualités en 2019 et du Plan municipal de santé, Grenoble développe de nouvelles politiques d’accompagnement et de prévention. Les principaux axes consistent à expérimenter  une  action  de  médiateurs  pairs  en  santé  dans  les  quartiers  politique  de  la  Ville, à soutenir les acteurs assurant des démarches d’aller vers et d’accompagnement dans le soin et coordonner la réalisation de temps forts de sensibilisation et prévention grand public.

L’épidémie de sida peut être endiguée d’ici à 2030. Cet objectif se réalisera par la synergie entre les associations, les acteurs de la santé et de la prévention, les collectivités locales, l’État, l’Union Européenne et surtout la prise de conscience citoyenne. En finir avec le sida, cela passe par un changement de société. C’est tout le sens de l’Appel de Grenoble.

 

 

 

 

Click to access the login or register cheese
x Logo: ShieldPRO
Ce Site Est Protégé Par
ShieldPRO