Conseil MunicipalCoopération internationale - Migrations - Mémoire

Voeu : Soutien aux exilé-es d’Ukraine et d’ailleurs

La guerre en Ukraine et l’exil de millions de personnes a jeté une lumière nouvelle sur le sort des migrant-es en Europe. Le groupe Grenoble en commun à porté un vœu voté à l’unanimité en conseil municipal pour un accueil inconditionnel et digne de toutes les personnes jetées sur les routes par la misère, les persécutions ou la guerre.

Le 24 février dernier, Vladimir Poutine, le Président de la Fédération de Russie, a décidé d’engager des forces armées et de déclencher une guerre sur le territoire de l’Ukraine, République indépendante. Au mépris du droit international, le Président russe a donc choisi de violer l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine dans le cadre d’un conflit armé qui a malheureusement déjà causé des milliers de morts, des millions de déplacé-es et réfugié-es, ainsi que des dégâts considérables.

Le Conseil municipal de Grenoble soutient la ferme condamnation de la communauté internationale de cette invasion militaire et des bombardements en Ukraine, apporte son soutien indéfectible au peuple ukrainien, réclame des sanctions contre le pouvoir de Vladimir Poutine afin de le contraindre à arrêter cette guerre et s’associe à tous les efforts diplomatiques pour tenter d’arriver à une résolution la plus rapide possible du conflit.

L’invasion russe en Ukraine, depuis le 24 février 2022, gonfle de jour en jour le nombre de réfugié-es. Dix millions d’Ukrainien-nes dont la moitié d’enfants ont été contraint-es de partir pour rechercher la sécurité et la paix dans des pays limitrophes, notamment la Pologne.

Cette nouvelle guerre, initiée et voulue par le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine, s’inscrit dans des relations extrêmement tendues, notamment depuis 2014, et démontre, s’il le fallait, la fragilité de nos vies et de la paix au cœur même de notre continent, l’Europe. Notre conseil municipal appelle dans ces circonstances au respect du droit international qui s’applique à toutes et tous.

Notre commune, en lien avec les associations et les services publics, soutient l’accueil des Ukrainien-nes fuyant l’horreur de la guerre. Nous tenons à remercier les Grenoblois-es pour leur formidable élan de générosité et leur mobilisation pour soutenir les victimes de cette guerre, mais aussi la démocratie en Ukraine et les droits humains.

Ces réfugié-es, dont les rangs vont encore inévitablement grossir, rejoignent toutes celles et tous ceux qui ont, hier, été contraint-es de fuir leur pays, alors que se posait déjà la question de l’accueil.

Cette crise de l’accueil, que nous soulignions hier, prend une coloration et une ampleur nouvelle aujourd’hui, par le nombre de celles et ceux qui se déplacent au sein même de l’Europe.

En Europe et en France, l’accueil des personnes exilées se heurte à de nombreuses barrières administratives. Si, pour la première fois, l’Union européenne a su mettre en place de manière rapide une protection temporaire des Ukrainien-nes, nous peinons encore à développer des politiques d’accueil inconditionnel pour toutes les personnes devant quitter leur pays.

Rappelons une nouvelle fois qu’il n’y a pas de bon-nes ou de mauvais-es migrant-es. Rappelons une nouvelle fois que l’on ne choisit pas celles et ceux que l’on veut ou peut accueillir, que ce soit en Europe, en France et dans nos communes. Cette guerre doit nous faire prendre conscience que les personnes exilées venant d’autres pays doivent aussi bénéficier de cette même solidarité européenne, nationale, locale.

Nous souhaitons que cela soit le début d’une prise de conscience alors que les mouvements de migrations vont continuer et s’amplifier en raison de faits humains, environnementaux et politiques. Cette mobilisation hors du commun est la preuve qu’un accueil de toutes et tous les migrant-es est possible, lorsque l’Etat, l’Union européenne et les collectivités territoriales conjuguent leurs efforts pour permettre à chacun-e d’avoir accès à ses droits et à des conditions matérielles d’existence dignes.

Notre ville accueillante ne fait pas différence entre les un-es et les autres et condamne à ce titre le racisme qui s’est fait jour à l’occasion du départ des populations civiles d’Ukraine. Notre Ville se prépare avec les habitant-es, les associations et les services municipaux à héberger et soutenir les exilé-es à venir.

 

Le conseil municipal de Grenoble demande :

  • À l’Union européenne et à ses Etats membres d’accorder la protection temporaire à toute personne exilée sur le territoire européen ;
  • A l’Etat français de reconnaître le statut de réfugié-e à toute personne ayant dû quitter son pays pour des raisons de guerre, de conflit, de misère ;
  • A l’Etat français de prendre sa part dans la solidarité à l’égard de toutes et tous les exilé-es, en finançant notamment l’hébergement et le logement assuré par les collectivités.

 

 

x Logo: Shield Security
Ce Site Est Protégé Par
Shield Security